';

Halloween : la fête du marketing ?

Depuis les années 90, les citrouilles, squelettes, fantômes et sorcières envahissent, à chaque mois d’octobre, les vitrines, les encarts publicitaires, les écrans… L’agence Bolivie vous donne les clefs de ce marketing spécifique et vous partage les campagnes les plus étonnantes. Et puisque justement c’est Halloween, on en profitera pour vous faire peur… Bouh !

Halloween en France : une création marketing

Avant les années 90, Halloween n’apparaissait en France que dans des séries télé ou des films américains.

On avait bien une tradition du genre en Moselle, où l’on fêtait la nuit de la betterave, mais aucune citrouille, sur l’horizon français.

Les premières manifestations apparaissent en France entre 1991 et 1992 puis entre 1994 et 1995 où l’on constate des premières visibilités de l’événement en grande surface.

C’est réellement en 1997 que tout s’accélère. France Telecom lance un téléphone mobile de couleur orange baptisé Olaween. Pour ce lancement, la marque couvre le Trocadéro de 8000 citrouilles.

 

En 1999, Coca-Cola créée l’Halloween Techno Party au Zenith de Paris, réservé aux jeunes de 15 à 25 ans.

Très rapidement toutes les marques s’y mettent. Halloween devient l’événement commercial incontournable.

Les bases du marketing d’Halloween

Le marketing d’Halloween n’est pas très compliqué à comprendre, ni à mettre en place.

Avec sa charte graphique très marquée par le noir et l’orange, l’événement est facilement identifiable par la simple utilisation de ce code couleur. Ajoutez-y quelques toiles d’araignées et un fantôme et le tour et joué !

Au-delà d’agrémenter vos outils de communication de ces quelques décorations pour créer un temps fort, voici quelques pistes, dont vous conviendrez, qu’il ne faut pas être sorti de St Cyr pour les trouver…

 

  • Halloweenisez votre offre

 

Surfez sur cette thématique en vous adaptant à cet événement. Déguisez vos équipes, offrez des bonbons, et rendez tout cela visible que cela soit In store, on line ou in the office. Oui, cet événement étant d’origine anglosaxone, vous pouvez ici pousser sur les anglissismes à tire-larigot.

 

  • Adoptez un storytelling spécifique à l’événement

Inspirez-vous des films d’horreur qui vous ont le plus marqué pour raconter des histoires autour de vos produits, de vos services ou de votre marque. Elles permettront à votre clientèle de se plonger dans un nouvel univers qui aura pour effet de les divertir.

Les plus belles campagnes d’Halloween

  1. Les campagnes Print
  • Heineken

  • Pizza Hut

  • Burger King

  • M&M’s

 

  • BIOCOOP

  • HARLEY DAVIDSON

  • DORCEL

2. Pub tv

  • IKEA

 

  • AXE

 

  • BURGER KING

 

  • BMW MINI

Le conte terrifiant d’Halloween par l’Agence Bolivie…

 

Il était une fois un monstre terrible qui se prénommait Hallo Salytutou.

Hallo Salytutou salissait partout là où il passait. Il rendait les choses si sales que tout mourrait sur son passage. Hallo Salytutou n’était pas visible à l’œil nu. La plupart du temps, il se transformait en fantôme invisible faisant faire tout et n’importe quoi aux gens qu’il avait hanté et qui devenaient malgré eux de véritables marionnettes. Ces gens possédés ne pensaient qu’à une seule chose : gagner de l’argent, toujours et encore plus ! Hallo Salytutou était parvenu à faire faire plein de choses étranges à toutes les personnes qu’il avait possédées. Par exemple, il avait convaincu des chefs de familles qui avaient des entreprises, qu’il fallait arrêter de donner du travail à leurs proches, qu’il valait mieux faire travailler des enfants dans des pays très très loin parlant des langues qu’on ne connaissait pas. Sa devise était : tout doit s’acheter pour être jeté.

Il avait fait des inventions incroyables : le père Noel par exemple, n’aurait jamais eu une telle notoriété sans lui ! Il avait acquis un tel pouvoir à force de posséder les gens, que le monde était devenu une vaste déchèterie où plus une plante ne poussait.

Hallo Salytutou avait désormais une fête de l’horreur qui se fêtait partout dans le monde, tous les ans : Hallo Win. Contraction du diminutif de son nom Hallo et Win du verbe anglais gagner. En effet, cette fête était une de celles qui salissait le plus. Rien qu’aux Etats-Unis, chaque années, plus de 8 milliards de dollars étaient dépensés entraînant le gaspillage de plus de 2000 tonnes de plastiques (rien qu’aux Etats-Unis). Sans compter, que pour cette fête honorant le pire des monstres qu’était Hallo Salytutou, les gens se déguisaient avec des costumes fabriqués très très loin donc importés par des bateaux polluant beaucoup beaucoup.

Et puis, ces costumes, ils n’étaient pas recyclables et ils finissaient toujours à la poubelle faisant le bonheur d’Hallo Salytutou (En Angleterre en 2017, 7 millions de costumes ont été jetés dès le 1er novembre. ).

Et comme Hallo Salytutou aimaient bien que la saleté et la mort se propagent partout, il avait eu l’ingénieuse idée de cibler les enfants. Ainsi, il prit un malin plaisir à créer une tradition poison. « Les bonbons bourrés de sucre, de colorants, d’additifs alimentaires controversés et de graisses animales mais au goût attrayant seront distribués à tous les enfants lors de cette fête ! Hahahaha ! », déclara le monstre Hallo Salytutou.

Il fallait en finir avec le monstre Hallo Salytutou. Mais comment faire ? Il avait envouté tant de personnes ! Tous les chefs de guerre du monde entier s’étaient rangé à ses côtés.

Peut-être fallait-il lui faire encore plus peur au point de menacer son existence pour qu’il disparaisse à tout jamais ?

Peut-être fallait-il l’ignorer pour faire comme s’il n’existait pas ?

Car après tout, les monstres n’existent que si nous leur donnons vie…

 

Vous avez aimé ce sujet ? Likez-le, partagez-le !

Découvrez nos articles sur les temps fort du marketing :

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIN
  • Pinterest
Share
Tagged in