';

Marketing de plage / Summer marketing : comment communiquer de façon responsable ?

Saviez-vous que 80% des déchets en mer proviennent de la terre * ? Il serait dommage de trouver un sac plastique, un tract ou un packaging de votre marque sur un banc de sable où les enfants construisent leurs plus beaux châteaux. Pour veiller à l’efficacité de votre marketing de plage / Summer marketing et vous impliquer dans une réelle démarche environnementale, l’agence Bolivie fait le point.

Pourquoi mettre en place un marketing de plage responsable ?

Urgence écologique oblige, les prérogatives environnementales touchent incontournablement tous les secteurs économiques. Les mers et océans sont des espaces particulièrement vulnérables, et les vacanciers sur les plages sont souvent synonymes de déchets supplémentaires sur le littoral.

Lancée en Août de 2020 par Barbara Pompili, la charte Plages sans déchet plastique pour des communes du littoral éco-exemplaire a pour objectif de sensibiliser, de prévenir et mettre en place des dispositifs liés au nettoyage, ramassage ou tri des déchets.

Dans ce contexte, il est évident que si vous envisagez ou avez réalisé une campagne de marketing de plage, il est impondérable d’en réduire les impacts sur le littoral.

Par ailleurs, rappelons qu’un projet de Loi est un projet de Loi est à l’étude pour rendre obligatoire la mise en place d’outils éco-responsables dans toute campagne de communication. Déjà bien dessiné dans un rapport de plusieurs centaines de pages, l’UDA (Union des Annonceurs) a pris les devants en créant une Charte d’engagements des annonceurs pour une communication depuis 2007, définit comme il suit :

 “Pour une empreinte positive de la communication des entreprises au sein de la société, les membres de l’UDA signataires de la Charte s’engagent à mettre en place les actions et processus suivants :

  1. Inscrire l’ensemble de leurs prises de paroles externes dans le cadre de leurs codes de communication responsable
  2. Inciter les publics auxquels ils s’adressent à des comportements responsables
  3. Utiliser avec loyauté les données privées sur leurs clients finaux dans leur démarche marketing et commerciale
  4. Engager un process interne permettant de valider les communications avant leur diffusion externe
  5. Intégrer l’impact environnemental dans les critères de choix des supports de communication”

Comment faire du marketing de plage responsable ?

Beaucoup de marques veulent prendre la vague du marketing responsable. Mais pas toujours pour les bonnes raisons et sans toujours avoir pour objectif d’agir réellement sur l’environnement.

Il est important de réaliser de véritables actions et de réfléchir aux impacts au risque de se faire taxer de green washing.

L’action très à la mode depuis 2 ans, est de distribuer des goodies à l’effigie de la marque comme des cendriers de plage par exemple, pour inciter les gens à ne pas laisser leurs mégots sur la plage. Les mégots de cigarettes ont un impact important sur l’environnement. On estime qu’ils sont le premier responsable de la pollution des océans (source : enquête NBC News 2018). Malheureusement, ces cendriers de plage peuvent être bien plus impactant écologiquement. Fabriqués en chine en PET, leurs productions et leurs transports ont d’ores et déjà un impact sur la planète. Par ailleurs, s’ils sont à leur tour jetés ou oubliés sur la plage, ils créent de nouveaux déchets et laissent non seulement une empreinte sur l’environnement mais aussi une mauvaise image pour la marque. Ce type de goodies peut être néanmoins intéressant à mettre en place, s’ils sont fabriqués en France, afin de diminuer le coût énergétique du transport et favoriser l’économie locale, et en matière bio sourcée sur le territoire et bio dégradables. Le coût d’une telle opération ne sera bien évidemment pas le même. Cependant, si une marque a à cœur de mener une action pour lutter contre les mégots jetés sur la plage, elle peut organiser un événement invitant les gens à venir les ramasser et créer des animations. Elle peut imaginer transformer ces mégots pour en faire des matières premières. Les mégots de cigarettes peuvent en effet être transformer en semelles de chaussures, en fournitures scolaires…. De nombreuses marques éco responsables se sont intéressées à cette ressource.

Vous l’aurez donc compris, pour réaliser du marketing de plage éco-responsable, il faut penser à toutes les étapes du projet : des matières premières nécessaires, au transport, à l’action elle même et en mesurer les impacts écologiques.

Autre exemple très courant dans le marketing de plage responsable : la distribution de crème solaire et la sensibilisation au cancer de la peau.

Certes, il est important de se protéger et de ne pas trop s’exposer. Mais saviez-vous que les crèmes solaires sont nocives pour les océans ? En effet, si vous vous baignez avec de la crème solaire sur votre peau, la crème va se détacher de votre épiderme et se déposer à la surface de l’eau. Cette pellicule d’huile qui va progressivement se former en surface, va empêcher l’oxygénation de l’eau. Par ailleurs, les composés chimiques comme l’oxybenzone, bien souvent présents dans ces produits, vont se déposer dans les océans et attaquer les coraux. Même si vous ne vous baignez pas, ces composés vont se retrouver dans le sable mais aussi sous votre douche et finiront dans les océans. Le sujet est si inquiétant qu’Hawaï a même voté une Loi interdisant l’utilisation d’écran total à base d’oxybenzone et d’otinoxate. Il ne s’agit pas de ne plus réaliser de prévention sur le sujet des coups de soleil, mais bien de réaliser l’impact d’une telle campagne. Car il existe en effet des alternatives. Chaque année, Haereticus Environmental Lab publie une liste de crèmes solaires qui ne contiennent pas ces substances et le  Consumer Products Inventory propose une liste de crème qui ne contiennent pas de nanoparticules. Certaines agences de voyage ont mis en place l’obligation d’utiliser des crèmes solaires biodégradables pour les destinations les plus populaires comme le Mexique. Pour protéger la peau des effets dangereux du soleil, certains vont même plus loin en proposant aux touristes de porter des textiles appropriés pour se baigner.

Exemples de campagnes de marketing responsable

  • PATAGONIA

Patagonia, a montré la voie du positionnement responsable à bon nombre d’acteurs.

En effet, la marque met un point d’honneur à garder un processus de fabrication vert et à utiliser des matières respectueuses de l’environnement. Elle a notamment été la première à proposer aux surfeurs une combinaison sans néoprène, a créé la plateforme Worn Wear permettant d’acheter et de revendre des vêtements déjà portés afin de lutter contre le gaspillage, reverse 1% de ses ventes à des associations environnementales, etc. La marque lance régulièrement de grandes campagnes de communication en lien avec ses engagements.

  • CORONA

En 2016, Corona s’associent à Parley : le partenariat est clair. Parley doit soutenir Corona dans sa transition écologique en échange de quoi l’association profitera de sa frappe marketing pour des prises de conscience écologiques sur le grand public.

2017 : Corona abandonne le plastique pour ses packs de 6 bières. Corona étant la marque la plus consommée sur les plages, l’argument fait mouche. Elle organise en parallèle 300 nettoyages de plages dans 15 pays et ramasse ainsi 1,3 millions de kilos de déchets plastiques.

2020 : Corona X Parvey lance un programme de protection de 100 îles : une expérience collaborative constituée de designers, biologistes, artistes qui vont témoigner de l’impact du plastique.

2020 : Corona X Parvey créée un mur de déchets plastiques à Rio qui bloque l’accès à la plage d’Ipanama avec une baseline posée sur un panneau : « Un jour, les déchets laissés sur la plage vous empêcheront d’y entrer ».

  • BAREFOOT WINE & BUBBLY

La marque Barefoot Wine a realise 2 actions de sensibilisation aux déchets sur la plage à fort impact.

La première s’est effectuée sur la plage de Santa Cruz en Californie, où la marque a mis sur place une poubelle toute particulière. Cette poubelle incitait les gens à jeter leurs déchets dedans et non sur la plage. À chaque fois que quelqu’un y déposait un déchet, la poubelle se mettait à parler en disant un mot doux ou une blague.

La marque a également réalisé une publicité entièrement en déchets plastiques en collaboration avec Surf Rider Foundation.

 

 

Vous avez aimé ce sujet ? Likez-le, partagez-le et n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire !

Découvrez nos autres articles sur ce sujet :

 

 

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIN
  • Pinterest
Share
Tagged in
Leave a reply