';

TOUT SAVOIR SUR LES ENCRES VÉGÉTALES

De nombreuses imprimeries proposent aujourd’hui des encres végétales pour répondre aux besoins croissants des entreprises de s’inscrire dans une démarche éco-responsable. Mais qu’est-ce qu’une encre végétale ? En quoi diffère sa composition de celle d’une encre conventionnelle ? Quels sont les avantages et inconvénients dans son utilisation ? Et est-ce si écologique que cela ? L’agence Bolivie fait le point pour mieux vous conseiller.

 


UNE ENCRE VÉGÉTALE, C’EST QUOI ?

Une encre végétale est une encre fabriquée à partir de composés organiques issus des végétaux (cellulose, résine, sucre, amidon…).

Via l’utilisation d’huile végétale, les encres végétales ont pour ambition d’être beaucoup plus « propres » que les encres conventionnelles qui utilisent des huiles minérales contenant des hydrocarbures.

 

DE QUOI SONT COMPOSÉES LES ENCRES CONVENTIONNELLES ET LES ENCRES VÉGÉTALES ?

Pour comprendre le pour et le contre des encres végétales, il faut s’intéresser à la composition classique des encres conventionnelles afin d’effectuer un comparatif.

Les encres conventionnelles d’imprimerie sont composées ainsi :

  • des pigments servant de matière colorante (5 à 30% selon les produits),
  • d’un lien qui sert de véhicule (environ 70%), il s’agit d’une huile qui transporte les pigments du rouleau d’impression vers le papier et les dépose pour refléter la couleur souhaitée. L’origine de cette huile est minérale (pétrole), elle est en effet constituée d’un mélange de polymers, diluants et/ou solvants.
  • de résines et d’additifs (environ 10%) : ils permettent d’optimiser les caractéristiques de l’encre pendant et après l’impression. Ils sont aussi utilisés pour faciliter la mise en œuvre de l’encre (agents dispersants, antimousses…).

La composition des encres végétales reste souvent opaque car les fabricants cherchent à protéger leur savoir-faire. Néanmoins, voici les principaux composants que l’on retrouve généralement dans une encre végétale :

  • Huiles végétales (palme, lin, colza…) : environ 30 à 70%
  • Pigments : environ 10 à 30%
  • Résines dures : environ 5 à 50%
  • Résines alkydes : environ 0 à 15%
  • Additifs (cires…) : environ 0 à 15%

 

QUELS SONT LES AVANTAGES DES ENCRES VÉGÉTALES ?

Les encres végétales c’est aujourd’hui à 60% de part de marché de l’offset en France. Son utilisation comporte en effet de nombreux intérêts :

  • Un meilleur transfert de la couleur : les teintes paraissent plus brillantes et plus intenses.
  • Une bonne stabilité entre eau et encre : la vitesse de l’impression augmente et il y a moins de pertes.
  • Un bon séchage et une résistance au frottement optimale.
  • Un surcoût relativement faible (de l’ordre de 10%).
  • Officiellement, une action environnementale grâce à un impact réduit sur l’environnement (ressource renouvelables, réduction conséquente des émissions de COV (les Composé Organiques Volatiles sont des particules toxiques émises dans l’air et nuisibles à la santé des personnes travaillant dans les imprimeries) et meilleure biodégradabilité. Par ailleurs, l’encre végétale permet de réduire notre dépendance aux hydrocarbures.

 

QUELS SONT LES INCONVÉNIENTS DES ENCRES VÉGÉTALES ?

L’encre végétale possède quelques limites.

  • Une composition des encres végétales opaque : il est en effet difficile de connaître précisément la provenance des huiles. Or, de nombreuses huiles sont obtenues par le biais de l’agriculture intensive qui comporte un certain nombre de points négatifs qui l’éloigne d’un modèle de développement durable. La culture des plantes qui servent à la production de ces huiles se fait régulièrement au détriment des cultures vivrières (superficie limitée des terres arables), sous forme de monoculture intensive (usage conséquent d’engrais, herbicides, fongicides, etc) et éventuellement d’OGM potentiellement invasifs et sont la cause de déforestation. D’ailleurs, l’usage de l’huile de palme dans la fabrication des encres végétales est employé en proportions inconnues. Or, il est de notoriété publique que la culture de l’huile de palme est une des activités humaines qui détruit le plus les forêts primaires d’Asie du Sud-Est, enjeu majeur de préservation de la biodiversité animale et végétale.
  • Les huiles contenues dans les encres végétales peuvent être à l’origine du phénomène de maculage peu apprécié dans l’impression : l’encre une fois imprimée ne sèche pas suffisamment sur le papier et vient souiller la feuille suivante.
Recommend
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIN
  • Pinterest
Share
Tagged in